Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ferrari 330 P4

Publié le par Freddy CRESPIN

Sans doute l'une des plus belles Ferrari jamais produite, la 330 P4 occupe une place particulière dans la nomenclature des prototypes de Maranello. L'exemplaire deuxième au Mans en 1967 était présent à Paris au salon Rétromobile, du 5 au 9 février.

http://www.chtiphotocar.com/http://www.chtiphotocar.com/
http://www.chtiphotocar.com/http://www.chtiphotocar.com/

http://www.chtiphotocar.com/

Le prototype 330 P4 n'est pas une Ferrari comme les autres. Ce prototype n'a couru que l'espace de la saison 1967, il avait été élaboré pour défendre les couleurs de Maranello dans le Trophée international des prototypes et barrer la route de Ford dans la Sarthe, mais il a laissé une trace indélébile dans l'histoire de la compétition. La P4 est l'actrice d'une pièce étonnante: David contre Goliath. Ferrari, le petit artisan de l'Emilie-Romagne, affronte le géant américain Ford pour la suprématie du championnat de voitures de sport. Le duel atteint son paroxysme au Mans. La P4 est la fille d'un orgueil blessé. En 1966, le rouleau compresseur Ford a terrassé Ferrari. Henri Ford II tient sa revanche. L'héritier de la firme de Dearborn s'était mis en tête de racheter Ferrari après avoir assisté à l'échec des Cobra face aux 250 GTO aux 12 Heures de Sebring 1963. Les discussions furent vite engagées. Mais plus elles avançaient, plus Enzo Ferrari devenait réticent. Lors d'une réunion qui eut lieu le 13 mai 1963, alors que les Américains espéraient aboutir à un accord définitif, l'Ingeniore laissa tout tomber. Il semble que l'Italien avait utilisé les négociations en cours avec Ford pour faire pression sur Fiat avec qui il allait lier son sort. Lorsqu'il apprit l'échec de la transaction, Lee Iaccoca, furieux, décida de lancer la construction d'une voiture de course capable de damer le pion à Ferrari. De ce projet naît la GT40. C'est ainsi que Ford touche au but en installant trois de ses prototypes sur le podium du Mans 1966. Les Ferrari P3 ne peuvent lutter.

Enzo boit le calice de l'amertume. Mais, il n'a pas dit son dernier mot et prépare sa revanche. Son arme: la P4, sans doute la plus belle «sport-prototype» de toute l'histoire. Sans aucun doute aussi l'une voitures les plus chères du marché. Ou qui mériterait amplement de disputer ce titre avec une autre Ferrari, la 250 GTO, et la Bugatti 57 SC Atlantic produite à seulement quatre unités.

A l'aube de la saison 1967, Ferrari semble capable de répliquer. Son nouveau prototype ouvre le score par un triplé aux 24 Heures de Daytona. Voyant ses MKIIB battues à plate couture sur la piste de Floride, Ford lance en toute hâte la Mk4. Elle remporte le trophée aux 12 Heures de Sebring mais Ferrari n'a pas fait le déplacement. A Monza, presque dans son jardin, Ferrari, en l'absence de Ford, ne laisse à personne le soin de lui voler la vedette. Au Mans, lors des essais préliminaires d'avril, la balance penche en faveur des machines ornées du cheval cabré. Bandini bat de douze secondes le record du tour détenu depuis 1966 par Ford. Mais, lors des essais officiels, l'ordre est inversé. Les Ford occupent les 3e, 4e et 9e places sur la ligne de départ, le seconde revenant à l'une des deux Chaparral 2F. Les Ferrari se placent aux 7e, 10e, 11e et 13e rangs. La P4 accueille sous le capot arrière le V12 4 litres à 3 soupapes par cylindre et quatre arbres à cames en tête. Il délivre 450 ch. La plus véloce des quatre P4 engagées (châssis 0858) est la numéro 21 que se partagent Ludovico Scarfiotti et Mike Parkes. L'armada Ford perd trois voitures dans des collisions mais la plus rapide d'entre elles, celle de Gurney-Foyt, fait la course en tête. Elle ne la quittera jamais. Derrière, la Ferrari n°21 ne réussira jamais à refaire son retard, reflet d'un début de course trop timide. Franco Lini, le directeur sportif de l'écurie de Maranello, sera critiqué pour sa tactique trop timorée et il abandonnera peu après ses fonctions pour redevenir journaliste. La P4 0858 termine tout de même sur la deuxième marche du podium. L'attribution du titre se joue finalement lors de la dernière manche de la saison à Brands Hatch. La 0858 a été transformée en spider pour gagner 40 kilos. Chris Amon est associé à Jackie Stewart. Leur seconde place assure le titre à Ferrari. La fin de la saison approche. Les officiels qui se sont émus des vitesses atteintes durant la saison cherchent à limiter la course à la puissance en limitant la cylindrée à 3 litres.

Ferrari 330 P4Ferrari 330 P4
Ferrari 330 P4Ferrari 330 P4

Les P4 sont donc condamnées à rejoindre le musée. L'usine Ferrari décide de modifier les châssis 0858 et 0860 en barquette pour qu'ils participent à la série Can-Am américaine. Un temps la propriété de David Piper, la P4 0858 est proposée à la vente aux enchères organisée par RM Auctions à Maranello le 17 mai 2009. Elle est non vendue à 7 250 000 euros. Depuis, cette P4 a retrouvé sa robe originelle et changé de propriétaire. A Rétromobile, elle fait le déplacement sur le camion Fiat Bartoletti qui l'a transportée au Mans en 1967. L'homme qui l'amène à Paris, un marchand italien bien connu du milieu, a fait savoir que la voiture n'était pas à vendre. Un procédé classique, connu de tous les collectionneurs, et qui constitue le meilleur moyen d'attirer des acheteurs dans ses griffes.

Commenter cet article